De jeunes chercheurs du Sud invités à l’IAS 2017

6000 délégués sont attendus à la conférence IAS 2017. Parmi eux, 74 jeunes chercheurs du Nord et du Sud invités à Paris grâce au programme de bourses « Paris 2017: Tous unis contre le VIH ». Ils nous expliquent en quoi cette participation est importante et ce qu’ils attendent de cette conférence.

 Melina Santos. Brésil

Médecin spécialiste en Médecine Préventive et Social, elle travaille au Ministère de la Santé brésilien sur les stratégies nationales de prévention des hépatites virales et l’élaboration des guides de traitement pour les personnes vivant avec les hépatites virales et VIH. Doctorant en Santé Publique à l’Université de Brasília (thèse sur la mortalité chez les personnes vivant avec l’hépatite C et VIH au Brésil et en France, dans le but de recommander des actions pour la prévention, le traitement et la surveillance des hépatites virales et du VIH/sida au Brésil).

Pour moi c’est important d’être à Paris pour la conférence parce que cela signifie l’opportunité excellente de faire la connaissance de l’événement international le plus connu dans le domaine du VIH/sida, et surtout dans un pays très reconnu par la recherche sur le sida et les hépatites virales. En outre, la participation à la Conférence IAS me permettra d’augmenter mes connaissances sur le VIH/sida et de contribuer à l’efficience des ressources dans les domaines de prévention, de traitement et de surveillance des hépatites virales et du VIH/sida au Brésil.

Elias Dah. Burkina Faso


Médecin-Chercheur dans le domaine du VIH depuis 2009, diplômé en épidémiologie et santé internationale, médecin au centre médical Oasis de l’Association African Solidarité, rattaché au Centre Muraz de Bobo Dioulasso.

 Coordinateur du projet ANRS CohMSM 12324-EF pour le site du Burkina.

C’est dans le cadre de la valorisation des premiers résultats de cette recherche que j’ai soumis avec l’équipe CohMSM un abstract sur l’acceptabilité et la faisabilité de l’initiation d’un traitement ARV précoce chez les HSH en Afrique de l’Ouest. Ce qui m’a permis d’obtenir une bourse pour une présentation orale.
Il s’agit d’une grande opportunité pour moi de pouvoir présenter nos résultats à la conférence de l’IAS. Mes attentes sont de renforcer et actualiser mes connaissances sur le VIH Sida et les hépatites virales, de tisser des partenariats avec des professionnels d’autres pays.

 

Janin Nouhin. Cambodge

Assistant de recherche, Unité VIH/Hépatites à l’Institut Pasteur du Cambodge (IPC). Ingénieur de formation, en poste depuis mars 2002 à l’IPC, impliqué dans des activités de recherche sur le VIH/SIDA et plus récemment sur les hépatites virales B, C et E. Affecté depuis 2013 à l’unité VIH/Hépatites de l’IPC, associé à différents projets de recherche virologiques sur le VIH et les hépatites virales.

Ma participation à la conférence IAS 2017 me permettra de suivre les questions de recherche prioritaires (fondamentale et opérationnelle) dans le domaine de recherche sur le VIH/SIDA. Elle me permet également de retrouver mes collègues parisiens et des autres pays et d’établir les nouveaux réseaux avec les autres chercheurs. Enfin, la participation à cette conférence me permettra de présenter les résultats préliminaires de mes travaux (sous forme de poster affiché) portant sur l’évaluation d’un nouveau kit commercial pour la quantification de VHC (Abstract # MOPED1179).

Idrissa Ba. Sénégal

Psychiatre addictologue, enseignant chercheur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, responsable du Centre de Prise en charge Intégrée des Addictions de Dakar (CEPIAD)

Mes attentes au niveau de l’IAS sont de trois ordres:
– Partager l’expérience du CEPIAD dans la réponse mondiale contre la pandémie VIH (nous prenons en charge des patients de nationalités différents) à travers la prise en charge des consommateurs de drogues injectables
– Bénéficier des expériences du Nord et les partager avec nos partenaires du Sud
– Renforcer le partenariat Nord Sud

Selly Ba, Sénégal

Docteur d’Etat en médecine, spécialiste en maladies infectieuses en VIH et IST, en santé publique et épidémiologie. A la Clinique des Maladies Infectieuses du CHNU-Fann à Dakar, assistante de recherche clinique. Co-investigateur et médecin d’étude de nombreuses études dans le domaine de la recherche sur le VIH et l’infection à HPV dans le cadre de la collaboration entre l’Université de Washington (Seattle) et la Clinique des Maladies Infectieuses. Pilote deux études sur l’efficacité du traitement antirétroviral chez les patients VIH-2 et VIH-½. Médecin d’étude de l’essai clinique (STRIBILD) qui est le premier essai qui porte sur l’évaluation de l’efficacité et de la tolérance d’une combinaison fixe à base d’Elvitégravir, de Cobicistat, d’Emtricitabine et de Ténofovir disoproxil fumarate chez les patients infectés par le VIH-2(NCT02180438).

Ma participation à IAS 2017 grâce à une bourse de l’IAS et de Paris 2017 va à coup sûr renforcer mes connaissances en matière de VIH, HPV et IST . Elle me permettra aussi d’être mieux outillée pour faire face aux nouvelles actualités sur l’infection à VIH et d’échanger avec des experts internationaux d’horizon divers.