Giovanna Rincon, porte-parole de la communauté transgenre et des KP à la session d’ouverture

« From acknowledgement to involvement of key populations: the example of the transgender community »: c’est le titre de l’intervention de Giovanna Rincon Murillo, directrice de l’association ACCEPTESS-T, association de défense des personnes trans à Paris, lors de la session d’ouverture. Cette militante réclame non pas trois mais quatre « 90 ».

« C’est un message fort qu’une personne trans ait 10 minutes de prise de parole en ouverture d’une grande conférence comme celle-ci, même si c’est un peu tardif. Cette prise de parole ne représentera pas seulement les personnes transgenres mais toutes les populations les plus exposées au VIH. Le message, c’est de dire qu’il y a une stratégie aujourd’hui qui envisage l’éradication du VIH d’ici 2030 avec les trois 90 (90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable, 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée, NDLR). Mais en réalité, quand on est sur le terrain, on se rend compte qu’il manque un « chapeau »:

90% des personnes doivent avoir une qualité de vie, une qualité de soins qui soient dignes, qui puissent garantir le respect de leurs droits fondamentaux, la reconnaissance de l’existence de ces personnes, qu’elles ne soient plus obligées de se cacher, que leurs conditions de vies partout sur la planète soit reconnue et que des mesures nécessaires soient mises en place dans toutes les politiques de tous les pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *